- Parlons Espace: Archives -

 

 

Avenue Jean Gonord
BP25855
31506 TOULOUSE cedex 5

Amis Cite Espace sur Google+ Amis Cite Espace sur Facebook

 

 

 

 

 

Ô Soleil ! toi sans qui les choses
Ne seraient que ce qu'elles sont.
E.R. (Chantecler)

 

 

Dans toutes les civilisations, le soleil a une place privilégiée parmi les divinités car il apporte la vie sur Terre. Si notre époque lui a ravi ses attributs divins, elle n’a pas diminuéson importance dans la vie des hommes, ni supprimé  la part de mystère qui en émane.
Avant de découvrir où en est la science moderne dans l’étude de notre astre, un petit retour dans le passé nous montrera la fascination de nos ancêtres pour cette boule de feu qui leur apportait la lumière, la chaleur et la vie.

 

Le soleil dans les mythologies 

On trouve des observatoires solaires dès la préhistoire comme Stonehenge en Angleterre et les premières civilisations font une place importante au Dieu soleil. C’était Utu à Summer, Shamash à Babylone et Mithra en Perse. Plus près de nous, c’est Hélios qui dirigeait le char du soleil en Grèce tandis que Sol le faisait à Rome. Une mention spéciale pour l’Egypte qui fit du soleil  le centre de l’organisation religieuse autour du Pharaon. Dans presque toutes les civilisations, le dieu Soleil représente la force, la vie et la beauté. Et comme il voit tout ce qui se passe sur Terre, il est le témoin universel et intervient souvent  pour appliquer la justice divine.
Avec son cycle journalier et annuel, le soleil est le symbole de la stabilité et du calme auxquels aspirent les peuples. Les perturbations comme les éclipses qui rompent cet équilibre sont perçues comme l’annonce néfaste de famine, de guerre ou de cataclysmes.

 

Premières approches scientifiques

Déjà, quelques philosophes grecs avaient donné une consistance plus matérielle aux astres comme le Soleil et la Terre et depuis très longtemps les éclipses étaient prévues par les premiers astronomes.Tous ces travaux, remarquablement conservés, furent réunis et améliorés par le savant grec vivant à Alexandrie  Claude Ptolémée. Son œuvre, l’Almageste qui fait la synthèse des connaissances en astronomie de l’époque restera pendant 13 siècles la référence et le guide des astronomes en Europe. Ptolémée reprend le modèle d’Hipparque qui place la Terre au centre de l’Univers.

Avec la Renaissance, le développement de la recherche expérimentale et les progrès techniques sur les lunettes d’observation, le modèle géocentrique qui n’explique pas certaines anomalies dans le déplacement des planètes va être remis  en question par plusieurs savants et astronomes.C’est en 1543 que le chanoine polonais Nicolas Copernic publie la synthèse d’années de travaux qui présente le soleil au centre du système planétaire. C’est une véritable révolution qui simplifie le mouvement des astres et supprime tous les artifices créés par Ptolémée pour que son système fonctionne. Très vite, d’autres chercheurs se rallient au système héliocentrique malgré la réticence de l’Eglise.

Dès 1600, deux découvertes renforcent cette thèse.   L’Allemand Johannes Kepler  établit les lois des mouvements dans le système solaire tandis qu’en Italie, Galilée  perfectionne la lunette astronomique et après ses premières observations  des planètes soutient la thèse de Copernic. Il faudra encore beaucoup de temps pour que l’on accepte que la Terre ne soit pas le centre de l’univers, mais en 1700 c’est l’Anglais Isaac Newton qui clôt la controverse par sa théorie sur la gravité amenant au schéma actuel du système solaire et du mouvement elliptique des planètes.

Beaucoup d’autres savants ont contribué à cette approche scientifique, mais on peut retenir  les cinq noms précédents pour en marquer les étapes.

 

Fiche signalétique.  Nom:  SOLEIL !

Le Soleil est une étoile de type  naine jaune  composée d’Hydrogène pour 75 % de sa masse et d’hélium pour 25%. Il fait partie de la Voie Lactée, notre galaxie et il n’est qu’une parmi les 230 milliards d’étoiles qui la composent. De quoi rendre  modestes les géo centristes!!

Quelques nombres à retenir:

Diamètre du soleil:   1,4  millions de km
Distance de la Terre: 150 millions de km  (8mn 19s  pour la lumière)
cette distance est appelée Unité Astronomique (U.A.)
Températures:  6.000  degrés K à la surface (15 millions au centre)

Le soleil s’est formé il y a 4,57 milliards d’années. Son énergie vient de la fusion nucléaire qui chaque seconde transforme 500 tonnes d’hydrogène en hélium et fournit l’énergie qui va rayonner à l’extérieur. Il a consommé à peu près la moitié de son carburant hydrogène et dans 5 milliards d’années il se transformera en astre mort (géante rouge puis naine blanche).

Comme pour beaucoup d’étoiles, le Soleil a conservé dans sa zone d’attraction un peu de matière et a formé un système planétaire. Le nôtre comprend huit planètes  et beaucoup d’objets de taille inférieure. Malgré leur grand nombre, il faut savoir que leurs masses cumulées ne font que 2/1000ème de la masse du soleil.

 

Lointain mais très actif.

Nous savons que  les rayons du soleil indispensables à la vie peuvent être dangereux dans certaines circonstances. C’est une part visible de l’action du soleil sur notre planète et ses habitants. Les études modernes sur le soleil ont révélé que notre astre était beaucoup plus présent dans les phénomènes et l’évolution de la Terre. Voyons quelques détails sur les causes  de cette influence.
Cette boule de gaz et de plasma tourne autour de son axe en provoquant divers phénomènes .Le magnétisme solaire provoque un brassage qui engendre les tâches solaires (zones moins chaudes) traduisant une activité intense du soleil. On note un cycle de 11 ans pour ce phénomène avec un minimum et un maximum marqué d’éruptions solaires. Une éruption se traduit par un rayonnement important dans tout le spectre électromagnétique qui peut provoquer des perturbations désastreuses sur Terre.
De plus de la couronne solaire est émis un flux de particules appelé vent solaire qui arrive jusqu’aux planètes et réagit avec ions et atomes de la troposphère, provoquant notamment les aurores boréales

 

Surveillons le soleil.

Il est probable, mais encore mal expliqué, que l’activité solaire a une influence sur le climat de la Terre. Ainsi autour de 1650, une longue période sans tâches solaires (minimum de Maunder) a correspondu avec avec un climat très froid (petit âge de glace). De plus, le développement technologique a mis en évidence de nombreux domaines où magnétisme, vent solaire, rayonnements,...  interagissent sur les activités humaines. Toutes nos activités utilisant le spectre électro-magnétique, et elles sont nombreuses,  peuvent être perturbées. Nos déplacements en dehors de la protection du bouclier Atmosphère mettent les voyageurs en danger. C’est ce qui apparait dans les vols long-courriers  et est permanent pour les astronautes.
Ceci a conduit depuis plusieurs années a créer une surveillance du soleil et de l’espace en général pour prévoir le plus tôt possible les effets dangereux ou perturbateurs qu’ils  peuvent engendrer. C’est la Météorologie de l’Espace. (Space weather). Cette discipline a repris en l’élargissant le domaine que couvrait l’Aéronomie dès les année 60. Mais pour en savoir davantage sur les dernières découvertes dans ce secteur, ne manquez pas la conférence qui vous est annoncée ci-dessous. C’est un spécialiste europé en parlera.

 

 

Textes : Jack Muller

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/