- Parlons Espace: Archives -

 

 

Avenue Jean Gonord
BP25855
31506 TOULOUSE cedex 5

Amis Cite Espace sur Google+ Amis Cite Espace sur Facebook

 

 

 

 

 

 

Si les comètes n’inquiètent plus les hommes, elles n’en restent pas moins des astres gardant leurs mystères  que les scientifiques étudient d’une façon continue depuis le début de l’ère spatiale. De nombreux pays ont envoyé des sondes d’analyse vers les comètes et en 1986, le passage de la comète de Halley a été une occasion exceptionnelle. La sonde Giotto de l’ESA a été un grand succès et dès 1993 s’est préparé en coopération entre l’ESA et la NASA un projet de sonde spatiale devant rejoindre une comète avec un programme ambitieux de mesures scientifiques. Cette archéologie spatiale ramène à la création de système solaire et peut apporter quelques lumières à la quête scientifique des origines de la vie.

 

Description de la sonde Rosetta  

D’abord, pourquoi Rosetta? 
Cette sonde devait percer le mystère des comètes comme la Pierre de Rosette qui permit à Champollion de déchiffrer les hiéroglyphes. Programme ambitieux et beau coup de chapeau à un savant français!
L’engin spatial pèse 3 tonnes sur lesquelles 2 tonnes sont du carburant qui permettra de faire les ajustements d’orbite très complexes puisque c’est au bout de 10 ans que la sonde rencontrera la comète à 650 millions de km de la Terre.
La sonde se compose d’un orbiteur  qui tournera comme un satellite autour de la comète et d’un petit atterrisseur Philaé de 100 kg qui sera déposé sur l’astre et fera des mesures. Le maitre d’œuvre de ce programme assez couteux  est l’Agence Spatiale Européenne  et ce sont les industriels Astrium et Alcatel Alenia Space qui ont réalisé l’ouvrage

 

Chronologie d’un coup de “pousse”

Rosetta a été lancée avec succès  en mars 2004 par Ariane 5  du Centre Spatial Guyanais, mais elle n’a pas assez de vitesse par rapport au soleil pour atteindre le lointain rendez-vous avec la comète Tchourioumov-Guérassimenko qui est son objectif. Il va falloir l’accélérer en utilisant l’ “Assistance gravitationnelle”. C’est l’énergie  qu’apporte à la sonde une planète quand elle passe à proximité par action de la gravité. La planète choisie sera la Terre pour quatre manœuvres qui porteront la vitesse de la sonde de 30 km/s à  40km/s et qui lui permettront d’atteindre le rendez-vous pas loin de Jupiter.

Mais ces opérations astucieuses demandent du temps pour que la Terre et Rosetta soient placées dans les positions favorables et ce n’est que fin 2009 que la vitesse souhaitée fut acquise.

 

Mise en sommeil salutaire

On profita des moyens de Rosetta pour faire quelques expériences supplémentaires, notamment Steins en 2008 et Lutetia en 2010. Mais, comme en 2011 rien ne se présentait au programme et que la rencontre avec  la comète  ne se ferait pas avant 2014, les scientifiques décidèrent de mettre la sonde en sommeil pour 31 mois jusqu’en janvier 2014. Cet arrêt concerne les équipements scientifiques et de gestion technique interne. Par contre, les moyens qui servent à la sécurité et à la surveillance de la sonde restent actifs

 

L’heure du réveil

Cette heure est arrivée et elle motive cette page de la quinzaine. Elle aura lieu le 20 janvier à partir de 17h30

 

 

 

 

Textes : Jack Muller

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/