- Parlons Espace: Archives -

 

 

Avenue Jean Gonord
BP25855
31506 TOULOUSE cedex 5

Amis Cite Espace sur Google+ Amis Cite Espace sur Facebook

 

L’Homme et l’Espace

div

 

Pourquoi  aller dans l’espace ?

Au temps de la guerre froide, la conquête spatiale a longtemps été considérée comme une opération couteuse dont les objectifs étaient surtout d’impressionner l’autre par une maîtrise technologique supérieure. Les applications même militaires paraissaient très lointaines. Mais très vite, la recherche scientifique et les premières utilisations pratiques se sont révélées prometteuses et on a pu parler d’un « Espace utile »  dès les années 70. Pour simplifier, il y a trois bonnes raisons pour aller dans l’espace directement ou avec des robots. La première est évidemment d’aller à la découverte du cosmos et de repousser la frontière des interventions humaines avec des sondes lointaines. La deuxième est de réaliser le vieux rêve des astronomes en se débarrassant de toutes les turbulences de l’atmosphère pour observer un ciel étoilé qui ne scintille pas et pour mieux comprendre l’Univers. Et la troisième est de prendre de la hauteur pour avoir une vision étendue de notre planète et pour dominer continents, océans et atmosphère.

 

Aux confins de l’Univers

Des sondes ont été envoyées vers tout ce qu’il paraissait intéressant d’explorer et d’abord vers les planètes proches et vers leurs satellites. Toutes les grandes agences spatiales, NASA, Intercosmos, ESA,…ont participé à ces programmes de recherche pacifiques et généralement en coopération. Vénus et Mars sont les deux planètes les plus observées, soit par des satellites en orbite autour de la planète, soit par des atterrisseurs déposés sur le sol. Les astéroïdes et les satellites des planètes sont aussi étudiés avec soin. Galilée avait observé 4 satellites de Jupiter, aujourd’hui on en connait 67 grâce aux sondes et aux nouveaux télescopes.
Sa soif de découverte pousse l’homme à envisager des voyages habités dans l’espace. Les premiers furent le programme Apollo vers la Lune. Depuis, les voyages évoqués seront vers Mars ou vers un astéroïde, mais tous ont été reportés à des dates incertaines faute de budget et de détermination politique pour les engager. De plus, avec le perfectionnement des robots  la présence humaine est moins nécessaire, sauf peut-être pour étudier le comportement de l’homme dans ces conditions extrêmes !.

 

Des yeux dans l’espace.

Valorisés par le traitement informatique, les observations des télescopes terrestres n’ont cessé d’améliorer leurs performances. Toutefois, dès la mise en service de la navette spatiale est préparé un projet de grand télescope qui serait  placé en orbite terrestre et serait exempt du brouillage de l’atmosphère. Ce télescope  reçoit le nom de Edwin HUBBLE, un astronome américain dont les observations faites en 1929 ont montré l’expansion de l’Univers et conforté l’idée de BigBang. Il est mis en service dans les années 90 et après plusieurs révisions en orbite, il devrait fonctionner jusqu’en 2020. Sa moisson de résultats fait  de ce projet un évènement exceptionnel en astronomie.  Comme l’observation doit se faire dans plusieurs bandes du spectre de fréquences, d’autres satellites ont complété ces recherches et permis une remarquable avance dans notre connaissance de l’Univers. Pour mesurer le progrès technique accompli en un demi-siècle, notons que le télescope Hubble en orbite à 600 km de la Terre a un réflecteur de 2,4 m, il est sensiblement de même diamètre que celui très performant  pour l’époque du Mt Wilson qui permit à Hubble d’élaborer sa théorie.

 

Serions-nous des  marionnettes ?

Nous nous doutons bien avec la météo, la télévision et le GPS que l’espace est utilisé pour de nombreuses entreprises humaines. Il est difficile d’imaginer aujourd’hui combien les humains sont tributaires de l’espace dans leurs activités ou simplement dans leur vie. Il y a les satellites qui observent ou qui écoutent tout ce qu’envoie la Terre. La météorologie moderne en dépend avec ses prévisions mais aussi les systèmes d’alerte aux cataclysmes. D’autres satellites ont des sens aiguisés  de rapace et peuvent lire les titres d’un journal depuis l’espace ou écouter tout ce qui passe par les ondes radios. Il y a aussi les satellites auxiliaires de la communication qui diffuse la télévision, relient les hommes et les ordinateurs d’un continent à l’autre. Certains satellites deviennent des outils personnels, ils guident nos déplacements, ils tracent nos parcours sur une carte et transmettent une alarme en cas de naufrage ou d’accident. Deux mille satellites sont en service autour de la Terre et chaque jour plusieurs

 

Et  si nous parlions d’avenir ?

L’accès à l’espace date d’un demi-siècle et en si peu de temps nous avons prospecté tout ce que pouvait nous apporter cette nouvelle dimension. Des progrès techniques considérables, des découvertes scientifiques exceptionnelles, des applications modifiant profondément la société ont marqué cette période au point que toute nouvelle avancée se traduira plutôt par des perfectionnements que par des découvertes révolutionnaires. Voyons quelques domaines importants :

 

Engins spatiaux

Pendant 30 ans les puissances spatiales ont fait assaut d’ingéniosité pour fabriquer les meilleures fusées, navettes, stations orbitales, satellites et sondes. Dans les années qui viennent, des améliorations vont être obtenues mais aucune technologie nouvelle ne semble se présenter pour transformer l’accès à l’espace et les voyages interplanétaires. La propulsion  ionique qui utilise l’énergie solaire pour manœuvrer les engins est un progrès, mais le moteur  révolutionnaire est encore dans les cartons des ingénieurs.

Recherche spatiale

La soif de découverte des chercheurs n’a pas de limite et les dossiers de projets  scientifiques abondent dans les laboratoires. Il y a tant à découvrir sur l’Univers, sa genèse et son évolution que l’Homme ira chercher pendant encore très longtemps dans cet espace infini qui nous entoure. C’est dans ce secteur que l’avenir nous réserve peut-être des surprises en levant un peu plus le voile sur l’histoire de l’Univers, donc notre Histoire.

Applications de l’espace

Même si le principe de toutes les applications de l’espace à des fins utilitaires est bien connu (télécom, observation, localisation, écoute, etc…), nous verrons sûrement émerger régulièrement pour des raisons politiques ou commerciale des déclinaisons de ces moyens  dans notre société. Quelques gadgets s’ajouteront à ceux que nous avons déjà. D’autre part, l’espace est un extraordinaire poste  de surveillance surtout utilisé par les militaires et  cela peut donner des idées aux écologistes !.

L’homme dans l’espace

Le besoin d’aventure est dans la nature de l’homme et tous les voyages dans l’espace font rêver.  Les premiers vols, les stations orbitales (Mir, ISS), la marche sur la Lune appartiennent à l’épopée et font partie du passé. Les progrès de la robotisation rendent moins nécessaire dans les missions spatiales la présence humaine, très coûteuse en mesures de sécurité. On parle beaucoup de missions vers Mars ou un astéroïde, mais on ne fait qu’en parler…..  

 

Qu’en conclure ?

Cette brève présentation rappelle que l’Espace fait partie du domaine où l’homme intervient. Pour rester dans les symboles philosophiques, après la Terre, l’Eau et l’Air, c’est par le Feu que l’homme a étendu son pré carré à l’Espace. Cette conquête, comme celle des continents, des océans et de l’espace aérien implique des obligations de respect et de protection. Jusqu’à présent, les états polluent beaucoup l’espace autour de la Terre avec des débris qui tourneront longtemps. Il est temps de maîtriser cette pollution par des règles internationales sur la constitution des lanceurs et des satellites. La société actuelle a ouvert l’espace à l’humanité, veillons à ce que les générations futures ne lui reprochent pas une exploitation sauvage leur laissant à gérer un dépôt hétéroclite et  dangereux.

 

Un clin d'oeil pour un jeune adhérent de notre association.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

 

 

Textes : Jack Muller

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/