- Parlons Espace: Archives -

 

 

Avenue Jean Gonord
BP25855
31506 TOULOUSE cedex 5

Amis Cite Espace sur Google+ Amis Cite Espace sur Facebook

 

La Cité de l’Espace

div

 

Une réalisation très attendue

Depuis les années 60, la France est devenue la 3ème puissance spatiale derrière l’URSS et les USA. Le public a pris progressivement conscience de l’intérêt des satellites et de l’importance des fusées capables de les placer en orbite. Cette curiosité s’est développée avec des applications spectaculaires et la création de l’Agence Spatiale Européenne. Dès les années 80, il y a eu une demande accrue pour comprendre le fonctionnement des systèmes spatiaux et découvrir les technologies originales adaptées à l’espace, milieu hostile ou règnent le vide, l’impesanteur, les températures extrêmes et les rayonnements hostiles.

C’est à Toulouse, capitale spatiale française, que l’idée a fait son chemin à l’agence spatiale CNES, chez les industriels spécialistes du spatial et a reçu le soutien des collectivités locales. Le projet a pris forme au début des années 90 sous l’impulsion de la Ville de Toulouse qui lui a affecté un terrain de 4 ha et un bâtiment à vocation de musée qui se trouvait sans affectation. Sur les conseils de la communauté spatiale et avec l’expérience muséologique de la Cité des Sciences et de l’Industrie, le parc à thème spatial a été inauguré en 1997. Il accueille environ 300.000 visiteurs par an.

C’est votre première visite, faisons-la ensemble !

 

Parc des objets spatiaux

C’est par le vaste jardin qu’il faut commencer pour redécouvrir quelques éléments fondamentaux sur l’Univers et ses dimensions  et pour rencontrer des objets symboles de la conquête spatiale.
Rappel des principes :  
Un grand plateau présente notre système solaire, un amusant labyrinthe végétal simule La Voie Lactée notre galaxie et l’Allée de l’infini symbolise par des photos successives l’immensité du cosmos. Plus loin, une vaste coupole, le Terr@dôme dévoile les conditions extrêmes de la vie et nous interroge sur sa présence extraterrestre.
Vecteurs vers l’espace:
On y trouve ensuite des composants  de fusée pour aboutir à un modèle grandeur nature (53m) du lanceur européen Ariane 5. Avec ses 750 tonnes au décollage et son taux de réussite de 95%, ce lanceur  assure plus de la moitié du marché civil de mise en orbite. Plusieurs fois par an, Ariane 5 décolle de Guyane  et la Cité affiche les images en direct de Kourou.
Satellites et vaisseaux spatiaux:
C’est le dernier volet de ce parcours en plein air. Voici le vaisseau Soyouz, cette capsule exiguë qui depuis les années 60 emporte les Russes dans l’espace et les ramène sur terre. Il a été bien amélioré, mais c’est encore aujourd’hui le seul véhicule qui mène à la Station Spatiale Internationale.

Au voisinage, avec ses vastes ailes se dresse le satellite d’observation de la Terre ERS. Un engin de 2,5 tonnes utilisé dans les années 90 pour faire une couverture radar. Avec ses antennes, son générateur solaire, ses protections thermiques dorées, …il est représentatif des nombreux satellites qui tournent autour de notre globe. Nous finissons le parcours par la station spatiale MIR qui a accueilli pendant des années des cosmonautes russes mais aussi français. Restée 15 ans en orbite, MIR a une histoire si riche  qu’il faudra revenir pour tout découvrir.

 

L’espace à livre ouvert

Nous pénétrons ensuite dans le grand bâtiment à forme étrange qui ne doit pas laisser indifférent un artiste. C’est une sculpture monumentale réalisée d’après une maquette d’Henri Georges Adam auteur du « Signal » au Havre. Sur quatre niveaux est présentée une exposition permanente qui fait le tour de tous les grands domaines qui concernent l’espace. Sans trahir la rigueur scientifique, l’effort des concepteurs a été mis sur la présentation accueillante et esthétique.

Les opérations de lancement     
Nous avons vu avec Ariane 5 ces cathédrales de près d’un million de tonnes qui partent vers l’espace sans tolérer la moindre déviation de trajectoire. Cette exposition nous ouvre les coulisses du travail d’horlogerie que représentent la fabrication des pièces et le montage minutieux sur le pas de tir. On peut simuler un compte à rebours et imaginer toute l’informatique qui est derrière un lancement.

Autour du Vaisseau Terre
Ce niveau va évoquer tous les liens qui se sont tissés entre notre Terre et ses satellites. Il est d’une telle richesse qu’ici aussi, il faut plusieurs visites pour bien l’apprécier.
On va y découvrir les grandes applications des satellites en télécommunication, observation et photos de la Terre, localisation des véhicules, mais aussi l’agriculture, la pêche, l’archéologie, etc….

 

Le Pôle Météo remarquablement animé par Météo France mérite de s’y attarder longuement. Comme autour de notre vaisseau, il y a le système solaire, on parlera aussi du soleil et des planètes. Presque toutes les présentations sont interactives et permettent d’avoir des réponses aux questions que l’on se pose.

Vers  l’infini…et au-delà !

 N’est-ce pas la question que nous pose le Big bang ? Le dernier étage est consacré aux études de l’espace plus lointain et aux questions que se pose l’humanité. On y trouvera les vols habités et les missions vers les astéroïdes ou Mars. Mais aussi, comment les scientifiques recherchent des traces d’intelligence extraterrestre ou comment ils s’interrogent sur les exoplanètes et le mystère de la vie.

Ce grand circuit de découverte est terminé et nous avons la tête pleine de centaines d’images. Il est temps de redescendre se décontracter dans la zone des expositions temporaires et du Hall d’entrainement où on pourra simuler la marche sur la Lune ou subir l’entrainement des astronautes.

 

L’Astralia, le sixième continent.

Nous finirons notre visite par ce vaste bâtiment qui complète le parc depuis quelques années. Il a comblé une lacune en équipant la Cité de diverses salles permettant de recevoir un large public. Deux sont destinées aux spectacles sur l’espace. Un très vaste planétarium et une salle de cinéma IMAX de 300 places nous accueilleront pour un spectacle. Le film 3D sur le télescope Hubble et sa moisson d’images est à ne pas manquer.   L’Astralia dispose en plus de salles de conférence et d’expositions et d’un vaste Hall qui peut accueillir de grandes manifestations.

Les peintres des Couleurs de l’Espace y trouveront les salles d’exposition de leurs tableaux et pourront participer au vernissage dans le grand Hall.

En venant à l’Astralia, ne manquez pas d’admirer le mur végétal de Patrick Blanc. Il est un des premiers installés dans le sud de la France.

Notre visite d’aujourd’hui est terminée. Nous espérons qu’elle vous a fait mesurer la complexité et l’importance de l’espace dans notre société, c’est l’objectif principal de l’association Les amis de la Cité de l’espace. Mais il faudra revenir ! On n’a jamais tout vu et surtout les expositions évoluent pour tenir compte des progrès et des dernières découvertes. La prochaine fois, c’est vous qui serez le guide pour vos amis.

 

 

 

Textes : Jack Muller

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/