- Parlons Espace: Archives -

 

 

Avenue Jean Gonord
BP25855
31506 TOULOUSE cedex 5

Amis Cite Espace sur Google+ Amis Cite Espace sur Facebook

 

 

 

Nous avons déjà parlé de l’ambitieux programme spatial chinois et nous connaissons les efforts déployés par ce nouveau venu dans le secteur spatial pour figurer parmi les toutes premières puissances au plan mondial. Poursuivant son programme, la Chine a envoyé le 1 décembre l’engin spatial  Chang’e 3 à destination de la Lune. L’objectif est d’abord une mise en orbite autour  de notre satellite, puis rapidement de procéder à un alunissage dans une zone relativement plane car l’engin emporte un petit véhicule lunaire qui se déplacera pour faire des mesures.
Après sa période de fonctionnement, cet ensemble  restera comme beaucoup d’autres objets humains sur le sol lunaire.

 

Le programme d’orbiter CHANG’E  1 et 2 

Ce programme d’exploration lunaire des Chinois a débuté dans les années 2000 et s’est concrétisé par un lancement de Chang’e  1 en octobre 2007. C’est un orbiter qui avait pour mission de cartographier avec précision la Lune. Une carte de qualité a été obtenu et en 2009, l’engin s’est écrasé sur le sol lunaire.

Cet orbiter fut suivi par Chang’e 2 en octobre 2010. La mission cartographique se poursuivait, mais de plus, il s’agissait de repérer des sites d’alunissage pour le lancement suivant. A noter que Chang’e 2  a reçu la mission complémentaire après ses mesures lunaires de rejoindre l’astéroïde Toutatis.  A suivre!!

 

Le programme d’atterrisseur*   CHANG’E 3

C’était l’évolution normale de ce programme lunaire chinois qui permettait à la Chine de s’inscrire après les Russes et les Américains dans le cercle étroit des pays ayant déposé un engin sur la Lune.
CHANG’E 3 a été lancé avec succès  le 1er décembre du Centre spatial de Xichang. Le vol vers la Lune s’est bien déroulé et le 6 décembre le satellite s’est mis en orbite lunaire.

L’ensemble de l’engin pèse 1200kg  et emporte une centaine de kilogrammes d’équipements de mesure. Il y a un téléscope qui pourra observer l’espace et notamment la Terre, des caméras U.V,  des appareils d’analyse du sol, ....  La partie originale est un petit rover de
120kg qui avec ses six roues prospectera autour du point d’impact.  La mission du rover est prévue pour durer trois mois.

Elle devrait commencer le 14 décembre 2013,  date où cet ensemble se posera sur la Lune.
Les Chinois ont été discrets sur les détails de la mission, mais il est vraisemblable qu’ils ont choisi une zone assez plane nommée Sinus Iridum au nord-ouest, pour ceux qui connaissent !, de la Mer des pluies.

 

Des Contes de Noël

Il y a toujours beaucoup de poésie  et de symboles dans le choix des noms des programmes et des engins chinois. Comme nous entrons dans la saison des contes et des histoires merveilleuses, faisons un tour  dans la symbolique du programme spatial chinois.

 Longue Marche et Dong Fang Hong

Il a commencé en fanfare du temps de Mao et il est vrai qu’il ne pouvait que glorifier le
Grand Timonier. Il y a eu d’abord  La Longue Marche aux 10.000 Li  et l’Orient est rouge (DFH).
Les deux termes sont restés, l’un  pour la famille de lanceurs chinois  et plus discrètement
DFH  pour les satellites  de télécommunications.

Beidou

Autre symbole apprécié en Chine, Beidou , La Grande Ourse qui avec la petite guide les navigateurs. Elle a été retenue pour le système de navigation GPS du pays.

 

Yinghuo 

Cet engin était destiné à rejoindre une orbite autour de Mars. La fusée a été défaillante et la mission s’est abimée dans le Pacifique. Yinghuo signifie Luciole, un peu le symbole du porteur de la lumière. En fait, par homonymie, cela représente aussi un très ancien nomde Mars en Chine  qui voudrait dire Flamme Egarée.    Jeu de mot!!

Shenzhou et Tiangong 

Nous entrons dans le domaine qui fait rêver, l’homme dans l’espace. Les Chinois ont choisi des noms qui nous transportent avec l’Empereur  dans la Cité Interdite pour admirer 
Shenzhou, le Vaisseau divin qui emporte les taïkonautes élus vers le ciel. Là, ils sont attendus dans  la station spatiale Tiangong, le Palais Céleste.

 

Chang’e  et  Yutu

Terminons par ce couple d’actualité. C’est aussi celui dont la légende reste très populaire en Chine et qui pour les internautes qui l’ont choisi symbolise bien la Lune!
Aux temps anciens vint en Chine une période où dix soleils brillaient dans le ciel et brulaient toutes les cultures. L’Empereur fit appel à Houyi le plus habile de ses archers. Ses flèches détruisirent neuf soleils et tout rentra dans l’ordre. Houyi  reçut en récompense un philtre d’immortalité pour lui et sa femme Chang’e.  Cette dernière trop curieuse but tout le breuvage et la double dose l’envoya sur la Lune où elle doit rester éternellement.
C’est la déesse de la Lune. Elle a quelques compagnons dont Yutu, Le Lapin de Jade 
(On dit aussi le Lièvre) qui lui rend quelques menus services.

Et pour rêver un peu, ce poème prémonitoire de Mao Tsé-Toung

Solitaire,  la déesse de la lune étend ses larges manches
Et  danse pour ces âmes fidèles dans l'espace infini.
La Terre annonce  soudain la soumission du Tigre,
Des larmes de joie jaillissent comme une pluie d’orage.

 

 

Textes : Jack Muller

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/