200720082009201020112012201320142015
- Activités 2014 -

Prix des Amis 2014

le 8 décembre 2014

div

 

Mr Jean Baptiste DESBOIS, Directeur général de la Cité de l'espace, nous accueille comme à l’accoutumée dans l’enceinte de l'Astralia et rappelle les principaux événements de cette année 2014 sans oublier le formidable engouement pour la journée extraordinaire du 12 novembre qui fera date dans l’esprit de tous les passionnés d’aventures spatiales.

 

LE PRIX DES JEUNES

Le conseil d’administration d’AACE a décidé de remettre le Prix des jeunes 2014 à Valentin GUINET, président du club étudiant SupAero Space Section (S3), et d’y associer ses membres qui développent et font voler des micros fusées dont le démonstrateur SIMURGH, présenté sur le plateau de l’Astralia.

Treize membres du club sont présents sur ce même plateau pour recevoir le diplôme du Prix des jeunes AACE 2014.
Guillaume LISCH, Loic JECKER, Sylvain MORILHAT, Mehdi SCOUBEAU, Mohammad, Brendan JEHANNIN, Adrien DE JAUREGUIBERRY, Fabien ROYER, Nicolas GONTHIER, Thomas HUSSON, Ludovic THOMAS, Clément JONGLEZ.

Président du club S3 depuis avril 2014, Vincent Guinet est en 2eme année à SUPAERO.

Il revient sur les principaux évènements des années 2013 et 2014 après une présentation générale de S3.
«Créé en 2010 sous l’initiative des élèves et professeurs de l’ISAE SUPAERO S3 le club compte 15 membres répartis  sur 4 projets. Huit fusées ont été lancées dans le cadre du programme PERSEUS depuis la création du club et 2 à 4 projets de fusées expérimentales sont proposés chaque année aux étudiants de SUPAERO qui souhaitent s’investir dans la vie associative scientifique »  explique Vincent GUINET. 

Il présente ensuite le projet PERSEUS dont vous pourrez retrouver les détails sur le site http://www.perseus.fr/.
S3 est essentiellement impliqué dans deux projets PERSEUS, SERA et ARES, projets de fusées expérimentales.

Il poursuit par la présentation du projet SIMURGH. Ce démonstrateur a été réalisé dans son intégralité par S3 avec la contribution des laboratoires de mécanique et électronique de SUPAERO. Cette fusée a été lancée avec succès lors du C’Space 2014 organisé par Planète Science
S3 c’est aussi une participation active pour faire connaître l’astronautique au travers, notamment, d’animations d’ateliers fusées dans des classes du primaire, ou encore sa participation au Space Up 2014 à la Cité de l’espace

C’est sur des applaudissements nourris que Valentin GUINET regagne la salle de l’Astralia pour suivre la suite de la soirée .

 

LE GRAND PRIX

« L’année 2014 restera marquée par l’aventure Rosetta» précise Michel BOUFFARD qui s’apprête à remettre le Grand Prix AACE 2014.

Parti en mars 2004 Rosetta fait aujourd’hui la une des médias, qui commentent son périple de plusieurs milliards de kilomètres dans l’espace. Après un réveil réussi en janvier 2014, un rendez-vous honoré avec CHURY en juillet, elle largue PHILAE le 12 novembre dernier sur cette lointaine comète. C’est, entre autres, grâce à un fonctionnement sans faille du cerveau de la sonde, le système avionique et son logiciel de bord, que cet exploit a pu être aussi brillamment accompli. 
Le CA d’AACE a donc très logiquement décidé de récompenser l’équipe d’AIRBUS SPACE SYSTEM qui, à TOULOUSE, a conçu, développé et validé le système avionique de ROSETTA sous le nom d’ASTRIUM entre 1998 et 2003.

« Pour l’avoir vécu de prés, je peux vous dire que ce fut pour les équipes d’ASTRIUM un programme difficile qui a nécessité un engagement total de tous les collaborateurs. Cette équipe mérite grandement notre Grand Prix et nous pouvons l’applaudir »  commente Michel BOUFFARD.

Patrice VILLEFRANCHE présente les membres de l’équipe accueillis sur le plateau ce soir.
Jean-Noel ROLLAND, Daniel GHERI, Jean-Claude LAIR, Stéphane FRITZ, Michel JANVIER, Pascal REGNIER, Saturnino VAL SERRA, Bernard GILLOT, Jean-Lou PAGE, Alain TABOUELLE, Fabienne DUFERNOIS, Jacqueline VERGNAUD, Didier LEBRETON, Patrice LELONG, Etienne CRABOS.
L'équipe est également constituée des personnes suivantes qui n'ont pas pu être avec nous ce soir.
Jean-Michel CHARBONNIER, José DEKNEUDT, Olivier BONNAMY, Patrice RIANT, Jean-François VOIDROT, Philippe HUMBERT, Claude BILLARD, Lydie PINEL, Christine CORNET, Myriam BORT

Patrice VILLEFRANCHE expose ensuite les travaux réalisés à TOULOUSE dans le domaine de l’avionique, aprés un bref rappel historique.

C’est avec MATRA que les études préliminaires du programme Rosetta ont débuté en 1988, pour conduire en 1993 à la décision de lancer le projet pour l’ESA. La phase de définition industrielle pût alors être lancée en 1994 avec MATRA MARCONI SPACE puis ce fut la phase de développement en 1997 avec ASTRIUM.
La décision fut prise pour un lancement en 2003 afin de rejoindre la comète WIRTANEN.
En décembre 2002, soit un mois avant le lancement, ROSETTA est déjà à KOUROU mais l’échec du vol ARIANE 517 (le 11 décembre 2002) conduit au report du départ de ROSETTA. Le rendez-vous avec WIRTANEN est manqué. C’est donc CHURY que rencontrera ROSETTA aprés un lacement en mars 2004.

L’avionique est en quelque sorte le cerveau de ROSETTA autrement dit l’intelligence embarquée qui sert à contrôler l’ensemble des fonctions et à gérer la communication entre les équipements de bord, le centre de contrôle sur la Terre et l’atterrisseur PHILAE après son largage.
L’avionique commande également le système propulsif de ROSETTA pour le contrôle d’orientation, les manœuvres de changement et de maintien d’orbites. Ce cerveau est constitué d'ordinateurs de bord, d'équipements de navigation, de senseurs de mesures d’orientation et du logiciel embarqué qui gère et assure l’ensemble des fonctions de ces systèmes.
La distance au soleil variant beaucoup pendant le périple de ROSETTA, la quantité d'électricité fournie par les panneaux solaires est très fluctuante. La régulation de puissance est de ce fait un élément dimensionnant pour l’avionique afin de garantir l’approvisionnement en énergie en fonction des phases de vol et des besoins fonctionnels du satellite.
Cette distance très variable entraine également d'importantes variations de température qui doivent être maitrisées pour préserver les équipements. Une avionique innovante permet de gérer des volets solaires orientables pour ouvrir ou fermer les radiateurs de régulation thermique.
Même si la durée de la mission de ROSETTA est importante, elle n’est pas inhabituelle. Ce qui diffère c’est que la phase principale de la mission est en fin de vie de la sonde, contrairement aux satellites habituels.  Si une panne était survenue au cours de 9 premières années de vol, la mission aurait pu être un échec. La fiabilité sans faille des systèmes était donc une priorité pour l’équipe ROSETTA.
La phase de mise en sommeil d’une durée de deux ans a également été un sujet sensible pour cette mission.

Rendez-vous est pris au printemps 2015 pour le réveil de PHILAE


2ème EDITION DU CONCOURS DES NOUVELLES

Le professeur Henri REME qui a présidé le jury des Nouvelles de l’espace est accompagné, sur le plateau de l’Astralia, par Jack MULER organisateur de cette manifestation réussie. Ils commentent ensemble l’Edition 2014.

Ce sont pas moins de 42 auteurs et donc autant de nouvelles qui ont été proposées pour cette cuvée 2014. Les inscriptions à cette opération ont été lancées en mars 2014 par internet et auprès de clubs de lectures. Les trois thèmes sont rappelés par Henri REME

1- Une page de la conquête spatiale
2- En route pour le futur
3- Qui donc habite la Lune ?

Retrouver les Nouvelles des lauréats sur ce site

 

LA CONFERENCE

C’est en partenariat avec la Cité de l’espace que la conférence se tient ce soir à l’Astralia.
« L’année 2014 c’est l’année Rosetta, mission extraordinaire et atypique s’il en est, mais la science spatiale ne s’arrête pas là et va continuer sa quête de la connaissance du système solaire, et au delà du système solaire, de l’univers » précise Michel BOUFFARD avant de donner la parole à Michel COURTOIS qui ouvre la conférence sur le thème des programmes scientifiques futurs aux USA et en Europe.

Philippe ADELL
Chercheur au NASA Jet Propulsion Laboratory actuellement responsable de la coopération entre le JPL et les universitaires Européens pour la réalisation de micros satellites et de CubeSat.
Il présente ce soir les principales missions du JPL en cours et à venir. Il détaillera en deuxième partie de sa conférence la façon dont la NASA et le JPL inscrivent les micros satellites dans leurs programmes futurs.

Frédéric SAFA Directeur des Programmes Scientifiques Futurs de l’ESA
Il parle ce soir des principaux projets de l’ESA pour les 10 à 15 ans à venir.

Jean-Loup PUGET Président du comité des Programmes Scientifiques du CNES Directeur de l’institut d’Astrophysique Spatiale  d’Orsay l'IAS.
Mr PUGET présente à partir d’exemples choisis les résultats des principaux programmes scientifiques du CNES.

Une table ronde alimentée par de nombreuses questions clôture cette soirée très réussie.

 

 

textes, photos: Marc Sanfeliu

crédits image: http://hubblesite.org/gallery http://www.esa.int/